Archives de catégorie : Perturbations

AVIS CIRCULE sur les dessertes 2020 et 2019 WE

Cet avis repose sur les documents et présentations des réunions officielles de la co-concertation démarrée depuis 18 mois et qui devrait s’achever pour ce qui concerne lesassociations d’usagers lors du prochain GT 4 fixé au 12 novembre prochain.

Mise en terminus de trains à Austerlitz en service nominal

Parmi les conditions émises par CIRCULE depuis le schéma directeur de 2009, seule la correspondance quai à quai à BFM semble garantie.

Pour BFM : le contenu du nettoyage cosmétique des quais de BFM présenté par la SNCFest largement insuffisant. De plus il ne sera pas opérationnel en décembre 2019 puisque sonchiffrage n’est pas encore connu et encore moins financé.
La concertation sur le tripôle des gares de Bercy, Lyon et Austerlitz qui promettait d’apporterdes réponses à la demande de mieux relier la gare RER C d’Austerlitz avec la M6, acomplètement ignoré cet objectif.

La gare d’Austerlitz est encore en travaux pour très longtemps. Son projet n’apportera auRER C (bien après 2020) qu’une meilleure visibilité des correspondances avec les lignes 5et 10 sans réduire les distances. Rien n’est prévu ni même étudié pour ouvrir la gare surl’urbanisation au Sud de Paris Rive Gauche et raccourcir l’accès à la M6. Le pont SEMAPAqui sera réalisé l’an prochain en franchissement des voies ferrées à l’aplomb du sud desquais du RER C ignore complètement cet objectif. Il n’y a aucune perspective d’amener leterminus du TZen 9 à Austerlitz. La correspondance avec le TCSP de la future rocade desgares restera celle actuelle – bien médiocre et lointaine – avec la ligne de bus 91. Lescritères de choix du quai de réception des RER C en surface ne prennent nullement encompte les demandes de CIRCULE. Ces quais sont encore pour longtemps complètementencombrés par les étais de réfection de la verrière. Ils ne peuvent subir aucune améliorationsignificative pour fin 2019. Ils conduisent à un emmarchement excessif des rames du RER Cdéjà très pénible à supporter tous les étés depuis 20 ans. C’est inacceptable pour lesdessertes nominales de WE ou les Dourdan en heure de pointe.

Continuer la lecture

Les travaux CASTOR 2018

Cette année les travaux sont du 15 juillet au 25 août. Il n’y aura pas de circulation des RER entre Austerlitz et Javel / Avenue Henri-Martin.

Vous pouvez retrouver les information globales sur les travaux 2018 ici : https://malignec.transilien.com/wp-content/uploads/2018/02/Livret-travaux-Ligne-C-2018.pdf ainsi qu’une aide pour trouver un trajet alternatif ici : https://malignec.transilien.com/travaux-rerc-itineraires/

Ré ouverture du tronçon central ce 10 février

TRANSPORTS – Le tronçon central de la ligne C du RER dans Paris, qui est fermé depuis le 24 janvier à cause de la crue de la Seine, doit rouvrir ce samedi 10 février à l’exception de la station Saint-Michel, a indiqué la SNCF.

« La gare Saint-Michel ayant subi des infiltrations importantes, nous devons pour raison de sécurité la maintenir fermée pour poursuivre des travaux sur la voûte », a précisé la SNCF.

http://www.huffingtonpost.fr/2018/02/09/le-rer-c-va-enfin-rouvrir-dans-paris-sauf-pour-une-station_a_23357789/

Les 8 prochaines années seront difficiles pour les usagers

Huit années difficiles pour les usagers, c’est ce que prévoit Alain Krakovitch, directeur général de Transilien. Plusieurs articles en parlent sur différents sites d’information.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/huit-annees-de-galere-se-profilent-pour-les-usagers-franciliens-du-rer-et-du-train-1360782.html

http://www.atlantico.fr/pepites/sncf-prevoit-huit-annees-difficiles-pour-usagers-rer-et-transilien-3293940.html

http://www.lefigaro.fr/societes/2018/01/29/20005-20180129ARTFIG00216-la-sncf-annonce-huit-annees-difficiles-pour-les-usagers-du-rer-et-du-transilien.php

En résumé :

L’accumulation de travaux de rénovation et d’extension du réseau ferré et les chantiers du futur métro du Grand Paris Express entraîneront « huit prochaines années difficiles pour nos clients » préviennent deux responsables de la SNCF en Ile-de-France dans un entretien au Parisien.

CIRCULE sera donc attentif à plusieurs projets dont la rénovation du nœud ferroviaire de Brétigny, la prolongation du tram-train Massy – Evry jusque Versailles. Nous serons tout aussi sensibles aux retombées positives attendues de tous ces chantiers. Les promesses d’améliorations doivent être tenues, et nous veillerons au Val d’Orge qui est fortement mis à contribution depuis de trop nombreuses années.

Perspectives de dessertes 2020 – 2025 sur la ligne C

Après la remise en service du poste d’aiguillage des Ardoines la desserte du Val d’Orge est restée réduite malgré les promesses de la direction de la ligne C deux ans avant. Ceci est dû aux travaux qui imposent des ralentissements et ne permettent pas de mettre autant de trains que ce qu’il y avait avant l’incendie du poste d’aiguillage. Les travaux étant amenés à s’intensifier le STIF a demandé qu’il y ait une concertation entre élus, association et la SNCF afin de préparer un plan de desserte qui « résiste » aux travaux et qui offre une meilleure fiabilité aux usagers.

Continuer la lecture

Attention aux travaux de mai et juin

Du 9 mai au 2 juillet 2017, en raison des travaux :

  • Les horaires de tous les trains changent en semaine
  • Les trains DYVI et KYVI sont terminus/origine Juvisy
  • La desserte est adaptée pour certaines gares aux heures de pointe (1 train sur 2 pour Ivry-sur-Seine, 2 trains sur 3 pour Choisy-le-Roi, et sur la branche Javel – Chaville)

Vous trouverez les informations dans le document SNCF horaires-travaux-rerc-mai-juillet-2017 et sur le blog de la ligne C : https://malignec.transilien.com/travaux-rerc-itineraires/

Edito de Sainte-Geneviève des Bois sur la desserte réduite

La ville de Sainte-Geneviève des Bois nous propose, dans son journal d’avril – mai 2017, un édito sur la desserte réduite malgré la mise en service du nouveau poste d’aiguillage des Ardoines.

N’hésitez pas à contacter votre commune pour sensibiliser vos élus à ce problème.

Lettre ouverte aux élus du bassin du RER C en Essonne

Madame, Monsieur,

Le comité de ligne du RER C s’est réuni le 10 janvier dernier. Il a entériné le maintien du plan de transport réduit de moitié aux heures de pointe dans le Val d’Orge, plan qui prévaut déjà depuis l’incendie en juillet 2014 du poste de commande du technicentre des Ardoines. Ce service réduit nuit gravement aux conditions de transport des voyageurs du Val d’Orge mais aussi à ceux des missions longues de Dourdan et Etampes ; il rend encore plus insupportables les perturbations multiples qui le dégradent quasi quotidiennement.

Contrairement aux engagements qu’elle avait pris, la SNCF n’entend pas revenir au plan de transport de référence lorsque sera mis en service opérationnel le nouveau poste des Ardoines, le 2 avril. Elle souhaite ainsi faciliter l’exploitation de la ligne pendant les dix prochaines années de gros travaux de régénération, enfin bien engagés. Continuer la lecture

A propos du comité de ligne du 10 janvier 2017

Le 10 janvier avait lieu le comité de ligne du RER C, le 1er depuis 4 ans, sous la présidence de Stéphane Beaudet (vice-président de la Région en charge des transports).

Parmi les intervenants :
STIF :  Lisia Paolatchi (responsable matériels)
SNCF :Bertrand Gosselin (directeur ligne C), Akram Tabib (SNCF Réseau Travaux RER C)

Le sujet du poste d’aiguillage des Ardoines a bien sûr été abordé et était très attendu. La livraison du nouveau poste d’aiguillage doit se faire en février mais sa mise en service définitive est prévue le 2 avril 2017. Depuis l’incendie de juillet 2014, on nous avait promis le retour au service normal sur la branche sud qui restait quasiment la dernière à subir un service réduit.

Mais en 2016 la SNCF a découvert ( !) que l’impact des travaux de régénération était plus fort que prévu en termes de ralentissements. Or leur rythme va considérablement augmenter en 2017 et au-delà avec le démarrage du remplacement des caténaires en fin d’année. Continuer la lecture

Communiqué de la FNAUT – La FNAUT proteste contre les grèves répétitives à la SNCF

La FNAUT a émis le communiqué suivant :

Dans le contexte actuel, très défavorable au rail, la FNAUT estime que les grèves répétitives lancées par les syndicats de la SNCF pénalisent les usagers et le système ferroviaire lui-même. 

Un contexte très défavorable au rail 

L’Etat, bien qu’étant à la fois actionnaire unique de la SNCF, autorité organisatrice des trains Intercités et soi-disant stratège, ne s’implique pas assez et ne met pas en œuvre les préconisations de la loi du 4 août 2014 (schéma national des services ferroviaires, contrat de performance Etat – SNCF Réseau). 

Le gouvernement ne fait rien pour corriger le caractère inéquitable des conditions de concurrence entre le rail et les autres modes de transport, pour maîtriser le transport routier de fret, pour enrayer la dégradation croissante et la contraction de l’offre voyageurs, ou pour contenir la dette ferroviaire. 

Bien au contraire, il pousse les investissements routiers et autoroutiers, organise une concurrence entre le train et l’autocar, et dépense beaucoup d’argent public pour promouvoir la voiture électrique. 

Des grèves contre-productives 

Les usagers du rail sont déjà soumis aux multiples dysfonctionnements « ordinaires » des services ferroviaires. Les interruptions du service public ont pour eux de lourdes conséquences professionnelles et personnelles, et les incitent à se tourner durablement vers les modes concurrents du rail, plus fiables. 

Elles pénalisent l’activité économique et l’environnement, dégradent la situation financière de la SNCF à court et moyen terme, et desservent le transport public en altérant son image. 

La FNAUT estime que l’accumulation des grèves régionales et nationales n’est plus acceptable et finit par nuire aux intérêts des cheminots : on ne défend pas un service public en bloquant son fonctionnement. Des exigences excessives des syndicats, trop dérogatoires du droit commun, peuvent par ailleurs déboucher sur une contraction de l’offre ou une hausse du prix des billets. 

Alors qu’un véritable effondrement menace le système ferroviaire, ce n’est pas en pénalisant une fois de plus les usagers du rail mais en faisant pression directement sur le gouvernement que les cheminots obtiendront qu’il s’intéresse enfin à l’avenir du rail et réoriente sa politique ferroviaire.