Problèmes d’aiguillage à Brétigny : les explications

Le 24 mai une inspection poussée des équipements sol aux abords de Brétigny a mis en évidence  une dégradation significative sur une des 5 TJD situées au nord de la gare. Une TJD (Traversée Jonction Double) est un aiguillage particulièrement complexe qui permet un changement ou la traversée d’une voie.

TJD

La conception des TJD date de l’époque des trains à vapeur et permet de gagner de l’espace, et donc du temps sur les manœuvres de traversée d’une voie. Il y en a 5 en gare de Brétigny c’est sur la plus sollicitée d’entre elles que le défaut a été détecté.

plan1

En plus d’être la plus sollicitée, cette TJD se trouve en léger dévers ce qui accentue donc sa charge à chaque utilisation.
Les TJD sont contrôlées deux fois par an par une voiture Mauzin. Le dernier contrôle a mis en évidence un risque de déraillement du fait d’un jeu dans les voies imputable aux traverses. Cette TJD, par souci de sécurité, ne peut donc plus être utilisée que pour passer tout droit.
La TJD à changer a été installée en 1984 et a une durée estimée de vie d’environ 30 ans. Rien d’étonnant donc qu’une première donne 29 ans après des signes de fatigue : le contraire eût été surprenant

plan2

RFF n’ayant pas approvisionné les pièces nécessaires en anticipation, le remplacement total de la TJD défectueuse aurait duré de 4 à 6 mois. Dans l’urgence, il a donc été préféré une opération intermédiaire, qui devrait tenir plusieurs années : le remplacement des traverses et la mise à niveau des ballasts. Ces travaux sont longs car il faut :

  • enlever le ballast,
  • enlever les traverses,
  • installer les nouvelles traverses,
  • niveler le tout par étapes successives et délicates,
  • refaire la géométrie des voies, contrôlée au millimètre,
  • tester les installations avant une reprise normale des circulations.

De plus les traverses en question ne sont pas du matériel standard mais du « sur mesure ».

Les travaux seront effectués de nuit et nous devons nous attendre à quelques perturbations avec les habituelles suppressions des derniers trains et la mise en place de bus de substitution dans le sens Brétigny vers Paris. Les horaires et nombres de suppressions ne sont pas connus pour le moment.
Les traverses arrivant mi-juin, les travaux devraient débuter dans la foulée et durer jusque mi-juillet (prévision au plus tard de la SNCF et de RFF).
Le contrôle des autres TJD  a donné de bons résultats mais elles approchent de leurs 30 ans de service. Il est prévu de les remplacer, par du matériel de conception moderne, lors des travaux du nœud de Brétigny, entre 2016 et 2020. Pourvu qu’elles tiennent jusque-là.
Leur durée de vie sera alors amplement dépassée et Circule ne peut que s’interroger sur le calendrier retenu qui augmente le risque de nouvelles défaillances  lourdes de conséquences sur les circulations de nos trains.

Voila donc quelques informations bien plus intéressantes que “l’aiguillage en dérangement” qui était le seul point sur lequel la SNCF a communiqué les 1ers jours.

Pour ce qui est de la desserte actuelle : les SLOM passent donc sur la voie des grandes lignes et ne s’arrêtent pas à Brétigny, les KUMA sont directes de Brétigny à Juvisy mais roulent sur la voie des omnibus, et pour garder la ponctualité un omnibus sur deux a du être supprimé.

Les arrêts des SLOM voie 2 à Brétigny ne peuvent pas se faire,  les équipements installés il y a peu (escalier, ascenseur et abris) sont trop près de la bordure du quai. Pour garantir la sécurité le RER devrait s’arrêter avant ceux-ci et les derniers wagons seraient hors quai. De plus des arrêts supplémentaires perturberaient les autres circulations (fret, grandres lignes et les autres missions du RER C).

Vous pouvez réagir à cet article sur le forum.

Une réflexion au sujet de « Problèmes d’aiguillage à Brétigny : les explications »

  1. Ping : Aiguillage de Brétigny : les travaux commencent | Le comité d'usagers CIRCULE sur la ligne C du RER

Les commentaires sont fermés.