L’accident de Brétigny et ses suites, quelques informations de la SNCF

A l’occasion d’une rencontre avec la SNCF nous avons obtenu les renseignements suivants :

A propos de l’accident en lui même : la TJD (Traversée Jonction Double : voir article Problèmes d’aiguillage à Brétigny : les explications qui traite de ce type de matériel), incriminée date de 1991 et ne présentait pas de défaut nécessitant une réparation.

La SNCF nous a indiqué que l’éclisse mise en cause a été partiellement détachée pour une raison qui n’a pas encore été déterminée.

eclisseCrédit photo : SNCF / AFP

5000 éclisses sont en cours de vérification, ce sont celles qui sont situées dans une position semblable par rapport à un aiguillage. Ce sont en effet celles-là qui ont le plus grand potentiel de danger.

En ce qui concerne la reprise du trafic, pour le moment une seule voie est disponible pour le sens Paris vers Dourdan et Etampes. Les limitations en alimentation électrique de la voie font qu’elle ne peut être empruntée que par 5 à 6 trains par heure. La SNCF a privilégié les liaisons grande distance car il n’y a pas de solution de repli possible (ni bus de substitution, ni autre ligne). Des trains de fret passent aussi vers le sud car ils ont été bloqués pendant 4 jours, mais ils sont limités à 1 par heure. De plus il faut assurer le passage des trains utilisés pour les travaux de remise en état des voies.

Le trafic RER des 18 et 19 juillet est présenté sur l’article Brétigny : une reprise partielle du trafic RER). Les trains mis en service aujourd’hui étant en faible nombre, la SNCF a jugé irresponsable d’envisager d’y entasser en pointe les usagers du Val d’Orge. La gestion des flux aurait été impossible et les trains auraient été bondés. La sécurité n’aurait pas pu être assurée. Mais tous les bus libérés au sud de Brétigny par la remise en circulation des trains ont été reportés sur la desserte du Val d’Orge (directs de chaque gare à Juvisy et inversement). Une amélioration a été apportée dès les premiers retours sur ces bus.

La desserte devrait être améliorée la semaine prochaine. Elle le sera en permanence dès que des capacités supplémentaires seront disponibles, l’échéancier étant difficile à prévoir avec précision. La priorité sur tout gain de sillon est dévolue à la Ligne C. 180 personnes travaillent aujourd’hui sur place et journellement à la remise en état du site de Brétigny. Les informations transmises par la SNCF annoncent un retour à la normale pour le 29 juillet, mais il est encore tôt pour donner une date fixe.

Le service n’a pas été renforcé sur les CIME/VICK car il aurait été difficile d’établir un plan de transport “robuste” en termes de matériel et de personnel. D’autre part, une partie des rames nécessaires au fonctionnement de la Ligne C se sont retrouvées “prisonnières” au delà de Brétigny.

En ce qui concerne les indemnisation pour les usagers, les modalités ont été annoncées jeudi matin.

Enfin, en ce qui concerne la remise en état du quai, l’ascenseur devrait être remis en état pour la rentrée.

Vous pouvez réagir à cet article sur le forum.